EFFEUILLÉE DE CHOU À LA POIRE

 

 

 

 

Beauté de crucifère !

 

Une rose découvrit un chou de Pontoise

Et aussitôt tint à lui chercher noise.

Non seulement il était beau, mais de belle ampleur,

Ses feuilles pommées pareilles à ses pétales.

Quoi ? Un sujet du potager serait plus gros que la reine des fleurs ?

Elle, la plus capiteuse des expressions florales ?

La voilà qui se donne des airs, fait des manières

Sous le regard amusé de son rival.

– Mais quand l’hiver s’impose, il n’est point de rose,

lui rétorque le crucifère.

– Et l’on m’effeuille pour me précipiter à la casserole,

Si cela vous console…

Les roses fanent et le chou se cuit.

Ainsi va la prose végétale, sans morale, ni poésie.

En été, profitez de la beauté des roses.

En hiver, au tour du chou de prendre la pose…

 

 

 

 

 

 

LA RECETTE

CHOU D’AMOUR

 

Pour 4 personnes

Préparation : 30 minutes

Cuisson : 25 minutes

 

1 chou de Pontoise

1 petite poire

2 oignons roses

50 g de cerneaux de noix

130 g de Cantal

50 g de beurre ½ sel

1 c. à s. d’huile d’olive

Sel, poivre

 

Pour la première étape :

Détachez les feuilles du chou. Retirez leur nervure centrale puis découpez-les en lanières.

Faites-les blanchir 3 minutes dans une casserole d’eau bouillante salée. Égouttez-les puis pressez-les légèrement pour éliminer un peu d’eau de végétation.

 

Pour la deuxième étape :

Épluchez, ciselez les oignons.

Épluchez, coupez la poire en quartiers puis en petits cubes.

Râpez le Cantal.

Dans une poêle, faites chauffer à feu moyen le beurre et l’huile d’olive. Ajoutez les oignons. Faites les suer pendant 3 minutes.

Ajoutez les cubes de poires. Poursuivez la cuisson 3 minutes.

Hors du feu, ajoutez les cerneaux de noix, les lanières de chou et la moitié du Cantal râpé. Poivrez. Mélangez.

Versez dans un plat à four. Parsemez du restant de Cantal.

Enfournez dans un four préchauffé à 180 °C pour 15 minutes environ.

 

 Savourez aussitôt, avec une salade verte pour un plat végétarien, ou en accompagnement d’un poisson.

 

Focus :

Ce chou pommé, au magnifique dégradé de violet au vert, doit son nom à la ville de Pontoise, qui le cultivait pour fournir la capitale.

Tombé en désuétude, il fait depuis quelques années un come back remarqué chez les restaurateurs et sur les étals. Il faut reconnaître que sa tendresse et sa digestibilité sont de précieux atouts.

 

Ficelles de cuisine :

Je ne sale pas le plat car je trouve que le Cantal l’est suffisamment.

Blanchir le chou quelques minutes le rend plus digeste, surtout si l’on ajoute une cuillerée à café de bicarbonate de soude.

 

Powerfood :

Comme tous les crucifères, il est un atout anti-cancer grâce à ses glucosinolates qui sous l’action d’une enzyme éliminent ou bloquent les cellules cancéreuses. Pour préserver ses vitamines et sels minéraux, il vaut mieux éviter de le cuire longuement. La recette évite cet écueil. Le chou découpé en lanières, blanchi et aussitôt enfourné n’aura pas besoin de plus de 15 minutes de cuisson. Juste le temps que le fromage fonde…

 

Le switch :

Pas de chou de Pontoise ? Un chou vert sera tout aussi délicieux.

Je trouve que l’association avec le Cantal donne beaucoup de typicité au plat, mais on peut le remplacer par du comté ou du gruyère

Dernières recettes

Archives

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *