CHOU FARCI AU SARRASIN

 

 

Avant de passer à table, si on commençait par une petite fable?

 

LE CHOU, LE PAYSAN ET LE MARCHAND

 

Ceci n’est pas un chou.

C’est une réalité augmentée.

Une juxtaposition du monde réel avec une interface surréaliste.

 

Le monde réel, c’est celui du champ de Jacky.

Un champ en pente douce qui coule vers un horizon de mer et de ciel.

Bordé de quelques arbres, sentinelles obligés qui se chargent de briser vents à leur colère.

Il n’y a pas de plus bel endroit au monde pour y planter des choux.

Jacky a attendu patiemment que ces rois de l’hiver se pomment au cœur, bien à l’abri des premières feuilles aux épaisses nervures.

La nature fit son œuvre et vint le moment de la récolte puis de la vente à une enseigne de grande distribution.

Mais les choux de Jacky, dans leur majesté, ne rentrèrent pas dans le conditionnement prévu par six en cageot.

Trop gros !

Un défaut qui annula l’affaire.

On ne plaisante pas sur l’emballage.

Dans un ultime plan de sauvetage, on lui offrit de brader son ouvrage à huit centimes d’euros pièce.

Mais à quoi bon livrer bataille, quand on n’est pas de taille ?

Le monde est plein de gens qui ne sont pas plus sages, tout marquis veut avoir des pages*.

– C’est bien assez, dit le marchand.

C’en était trop pour le paysan.

À contre-cœur, les choux passèrent sous la lame du broyeur et retournèrent au champ.

La terre ne perdit rien au change, amendée de cette fange.

Mais Jacky, dans son infortune, se dit :

– À quoi bon tout ceci ? Est-ce demander la lune que de vendre le fruit de son travail au juste prix ?

Sans souci de calibrage et autres marchandages ?

Mais attendons la fin.

Dans son champ voisin, d’autres choux sont presque sur le point.

Jacky jura que l’on ne l’y prendrait plus et, pour son salut, coupa court.

Et par conséquent, ils glissèrent comme un gant, en bon nombre dans le cageot.

Le marchand lui prend tout le lot, à douze centimes d’euros pièce et, dans sa largesse, y va de son argument :

– Il y en a trop en ce moment. C’est le mieux que je puisse faire.

– Ce sera bien assez, se murmure le paysan à lui même, pour épargner ses crucifères. Autant qu’ils soient mangés plutôt que passés sous la lame…

Le marchand les emporte et les vend sans état d’âme.

 

Alors, lorsque vous achèterez un chou,

soyez attentif au prix échu.

Il y aura douze centimes dévolus

à la part d’un champ

bordé de quelques arbres

qui se chargent de briser vents

à la colère d’un paysan.

      *****

 

* Jean de La Fontaine

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

LA RECETTE

CHOU FARCI AU SARRASIN

 

 

 

Pour 4 personnes

Préparation : 30 minutes

Cuisson : 1 heure

 

1 chou vert

500 g de farce fine*

50 g de kasha* (sarrasin grillé)

1 oignon

2 gousses d’ail

15 cl de crème fleurette

Huile d’olive

Sel, poivre, noix de muscade

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour la première étape :

Versez la kasha dans un bol et couvrez généreusement d’eau froide. Laissez tremper le temps de la préparation.

Retirez le trognon et les premières feuilles du chou. Détachez chaque feuille et ôtez leur nervure centrale à l’aide d’un couteau.

Faites précuire les feuilles de chou dans un faitout d’eau bouillante salée pendant 5 minutes. Versez-les dans une passoire. Laissez-les refroidir un peu avant de les presser délicatement pour éliminer leur eau de végétation.

 

Pour la deuxième étape :

Épluchez, émincez l’oignon.

Épluchez, pressez les gousses d’ail.

Faites chauffer un filet d’huile d’olive dans une poêle. Ajoutez l’oignon et l’ail. Faites rissoler 2 minutes. Ajoutez la farce. Faites-la cuire environ 10 minutes en la remuant souvent.

Rincez, égouttez la kasha puis séchez-la avec un papier absorbant. Ajoutez-la à la farce avec 5 cl de crème fleurette. Salez, poivrez et ajoutez une râpée de noix de muscade. Vérifiez l’assaisonnement.

 

Pour la troisième étape :

Huilez légèrement un plat à cake.

Faites préchauffer votre four à 160°C.

Tapissez le fond et les bords du plat avec les plus grandes feuilles de chou en les faisant légèrement se chevaucher.

Ajoutez 1/3 de farce. Couvrez de feuilles de chou. Recommencez 3 fois l’opération.

Arrosez du restant de crème fleurette.

Enfournez pour 30 minutes. Baissez la température à 130 °C et poursuivez la cuisson pendant 15 minutes.

 

Servez en tranches. Accompagnez d’une scarole assaisonnée d’une vinaigrette à la moutarde.

 

 

Focus :

*Vous trouverez la kasha ou sarrasin grillé, en boutique bio.

* La farce fine est composée pour moitié de chair à saucisse de porc et d’épaule de veau.

 

Ficelles de cuisine :

J’ajoute 1 c. à c. de bicarbonate de soude dans l’eau de cuisson du chou. Il lui assure une meilleure digestibilité ainsi que la préservation de sa couleur.

 

Powerfood :

Sans gluten

 

Le switch :

Pas de farce fine ? Prenez de la chair à saucisse.

Et pour les végétariens, le tofu fumé coupé en petits cubes sera parfait.

 

Dernières recettes

Archives

Commentaires

  1. Quelle belle mais terrible fable !
    Ne serait-ce que pour aider Jacky et tous les autres, achetez au moins vos choux sur les marchés où les producteurs vendent directement aux consommateurs, ou cueillez-les vous-même dans les champs ouverts au public.
    Puis, cuisinez-les en suivant la très bonne recette ci-dessus !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *