RÊVE DE FOUGÈRES

 

Conquérantes.

Envahissantes.

C’est ainsi que je qualifie les fougères sur le talus qui délimite notre jardin.

C’est une lutte permanente pour tenter de contenir leur progression.

Le cauchemar du jardinier !

Et pourtant Madame rêve

 

La mélodie et les paroles voluptueuses de la chanson d’Alain Bashung me portent en apesanteur.

Magie de cette alliance de mots : Rêve de fougères*

Je ne saurais exprimer combien elle résonne en moi.

Une sensation d’absolu.

Le frisson de la part d’ombre d’où elles s’élèvent, crosses lentement déroulées vers des songes inavouables.

De la dentelle végétale m’invitant aux origines du monde, qui défie depuis toujours toutes les terres brûlées par sa reviviscence, laissant dans la succession des civilisations les traces fossiles ou imagées de ses heures de gloire.

Alors Madame rêve de la passer à la casserole.

Comme les Maoris avec son rhizome avant d’entonner le Haka.

Comme le feront bientôt les hypsters avec sa jeune pousse, tant elle sera tendance comme super aliment.

Mais le rêve n’est pas sans risque.

Certaines sont vénéneuses.

Laissons le songe passer…

Et si c’était, de foudres et de guerres, à faire et à refaire*, je continue, amazone de la binette, à repousser encore et toujours ses avances.

Mais sans réprimer totalement sa compagnie, terreau fertile à de nouvelles inspirations…

Alors, à défaut de crosses végétales, ces petits roulés au parfum de sous-bois seront un délicieux substitut aux rêves de Madame !

 

* Alain Bashung

 

LA RECETTE

ROULÉS DE SHIITAKES À LA ROQUETTE

 

 

Pour 6 personnes

Préparation : 30 minutes

Cuisson : 30 minutes

Repos de la pâte : 2 heures

 

Pour la pâte:

200 g de farine de blé T55

3 cl d’huile d’olive

15 cl d’eau

10 g de levure fraîche de boulanger

2 g de sel

1 c. à c. de thé matcha

 

Pour la garniture:

250 g de ricotta

150 g de roquette

300 g de champignons shiitakés

1 gousse d’ail

Huile d’olive

Sel, poivre

 

 

 

Pour la première étape :

Rassemblez tous les ingrédients de la pâte dans le bol d’un robot équipé d’un pétrin. Pétrissez pendant 10 minutes. Façonnez une boule. Farinez-la légèrement avant de la placer dans un bol. Couvrez d’un linge et laissez pousser la pâte pendant 2 heures à température ambiante.

 

Pour la seconde étape :

Coupez les shiitakés en petits morceaux.

Épluchez et hachez la gousse d’ail.

Faites chauffer un généreux filet d’huile d’olive dans une poêle. Ajoutez l’ail et les champignons. Faites rissoler à feu vif pendant 5 minutes. Salez, poivrez. Poursuivez la cuisson pendant 10 minutes à feu moyen en remuant régulièrement.

Lavez, séchez la roquette. Ciselez-la.

Mélangez la ricotta, la roquette et les champignons. Salez, poivrez.

 

Pour la troisième étape :

Étalez la pâte sur un plan de travail fariné, en un rectangle le plus fin possible.

Étalez la garniture jusqu’à 2 cm des bords du rectangle.

Roulez délicatement l’ensemble pour former un boudin. Coupez des tranches de 2 cm environ. Déposez-les sur une plaque couverte d’un papier cuisson.

Faites cuire 15 minutes dans un four préchauffé à 250 °C.

 

Servez aussitôt à l’apéritif ou en entrée accompagné d’une salade de feuilles de chêne.

 

Powerfood :

Le shiitaké ou lentin de chêne est un peu le champignon de Paris version asiatique.

Une bénédiction végétale, riche en nutriments et dont les propriétés anticancéreuses agitent la communauté scientifique.

Attention, il se consomme toujours cuit.

 

Le switch :

Pas le temps de faire la pâte ?

Prenez un rouleau de pâte à pizza, mais c’est dommage…

 

Focus : la fougère

Outre-Atlantique, la cueillette des crosses de fougère pour faire « full chlorophylle » est un des premiers plaisirs du printemps.

Encore faut-il bien reconnaître l’espèce non toxique, la fougère autruche.

En France, elle est protégée. C’est donc la fougère aigle, qu’il faut chercher.

On cueille la sommité, aussi appelée tête de violon en raison de son analogie morphologique, avant qu’elle ne se soit déroulée, car au cours de sa croissance, elle concentre des substances dérivées du cyanure.

Elle doit être impérativement cuite quelques minutes dans une eau bouillante salée avec du bicarbonate de soude.

Son goût végétal, entre l’asperge, l’épinard et l’artichaut, donnera un parfum d’inédit aux omelettes, salades ou quiches.

Ou tentez à la coréenne, tout simplement sautée avec de l’ail, oignon, sauce soja et huile de sésame.

Dernières recettes

Archives

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *